Dans les douves parisiennes

À l’occasion de son centenaire, l’Office national des anciens combattants et des victimes de guerre investit un lieu qui en devient insolite : les douves de l’Hôtel national des Invalides.

Vue de l'exposition de l’Office national des anciens combattants et des victimes de guerre

Sur les murs de pierre sont exposés, par paire bien pensées, les portraits de plusieurs de ses ressortissants. Anciens combattants ou anciennes combattantes, victimes de guerre ou d’actes de terrorisme, pupilles de la nation, ils sont de tous âges et de toutes origines.

Exposition de l’Office national des anciens combattants et des victimes de guerre

Et le passant, Parisien ou étranger, de s’interroger : qui sont-ils ? Pourquoi ont-ils été photographiés, sont-ils exposés ? Qu’est-ce que l’ONACVG, sa vocation ? Aussi l’Office peut-il se féliciter d’avoir réussi à attirer l’attention sur ces vies singulières et sur sa valeureuse mission.

« ONACVG : 100 ans au service des anciens combattants et des victimes de guerre et d’actes de terrorisme », du 15 septembre 2016 au 4 janvier 2017, dans les douves de l’Hôtel national des Invalides.

Auteur : Hélène Bourguignon

Hélène Bourguignon travaille depuis plus de dix ans dans le secteur de l'édition universitaire. Si elle aime son métier, elle apprécie aussi de se changer les idées...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.