Les chemins de vie de Lee Chul Soo

Lee Chul Soo, "Vivre..." (2013)
Vivre…
Aujourd’hui, je cours sur la route que j’ai tracée hier.

Quelle chance ! Une soixantaine d’œuvres de Lee Chul Soo réalisées entre 1990 et 2017 sont exposées jusqu’à la fin du mois au Centre culturel coréen à Paris. Ces gravures sur bois, dont les traits volontairement grossiers contribuent à leur popularité, allient dessin et texte pour permettre, selon l’artiste, une meilleure transmission du message qu’elles véhiculent.

 

 

À la suite du massacre de Gwangju ordonné par le général Chun-Doo Hwan en mai 1980, des artistes sud-coréens fondent Minjung (peuple), mouvement culturel promouvant la démocratisation du pays et la réunification des deux Corée. Les changements politiques qui caractérisent les années 1990 obligent toutefois Minjung à modifier son orientation : la glorification des paysans et des ouvriers, la critique de la dictature, de l’américanisation et de l’impérialisme – taxées de communiste par le régime – cèdent la place à une réflexion de portée plus universelle.

Lee Chul Soo, "Notre route" (2007)
Notre route
Si nous cheminons ensemble sur votre route, un jour, les gens appelleront celle-ci « notre route ».

Actif au sein du mouvement, Lee Chul Soo s’installe en province en 1984, à l’âge de trente ans, pour devenir agriculteur : face à la terre, souligne-t-il, les êtres sont égaux et ne peuvent guère tricher. Il développe aussi une vie spirituelle marquée par le bouddhisme seon. Ces éléments biographiques éclairent non seulement les idées, la philosophie, la proximité d’avec la nature, mais aussi la sagesse et la poésie qui émanent de ses gravures. Il lui importe que les êtres humains soient plus attentifs les uns aux autres, apprennent à mieux communiquer, à mieux vivre ensemble. Il souhaite, à travers ses dessins et ses mots, raconter les liens qui l’unissent à ses proches et, au-delà, aux êtres vivants.

Lee Chul Soo explore cette vie telle une route, cette « route de la vie », et démontre la force d’un dessin concis. Le mystérieux « réconfort » qu’il évoque à propos de ses œuvres est sans doute à chercher du côté de la philosophie ou de la contemplation…

Lee Chul Soo, « Chemins de vie », du 25 avril au 30 mai 2018, Centre culturel coréen, 2, avenue d’Iéna, 75116 Paris, du lundi au vendredi de 9h30 à 18h, 20h le jeudi, le samedi de 14h à 19h, entrée libre.

Ouvrages en français ou bilingues coréen-anglais :

Livre de Lee Chul Soo

Livre de Lee Chul Soo

Livre de Lee Chul Soo

Auteur : Hélène Bourguignon

Hélène Bourguignon travaille depuis plus de dix ans dans le secteur de l'édition universitaire. Si elle aime son métier, elle apprécie aussi de se changer les idées...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.